Reno Lemaire, Cursus parcours : « En 2015 faire du manga en France est possible! »

Reno Lemaire est un mangaka français auteur de « Dreamland« . Issu de Montpellier, son manga se déroule dans cette même ville.

dremalandbannfinal

Pour beaucoup de jeunes passionnés de manga, devenir mangaka est un rêve. Dans cette article, rédigé par Reno lui-même, notre cher mangaka nous raconte son parcours et nous explique les principales difficultés liés à cette passion. En passant par ses études, son passage en maison d’édition, il termine en nous dévoilant son emploi du temps ultra-chargé : 

«  Les infos étant peu fournies sur le net à propos du métier d’auteur de bd, on me demande très très souvent mon parcours, quelles études j’ai fait pour arriver à faire mon métier , ect…

J’y ai déjà répondu de maintes fois en interview, mais c’est vrai qu’il n’est pas aisé de regrouper les infos qui trainent de si de là. D’où ce petit article, pour expliquer comment j’en suis arrivé à l’aventure Dreamland chez Pika.

  

Tout d’abord je ne peux parler que de ce que j’ai vécu et de ce que je connais. Il ne faut pas prendre mes explications pour références, mais comme une éventuelle possibilité d’y arriver.

Je n’ai pas fait d’études dans le dessin ni fait d’école. Je suis autodidacte. Le dessin, la bd, raconter des histoires est une passion. Je fais ça depuis tout petit, comme la majeure partie des auteurs de bande dessinée en fait.

J’ai un bac STT, ouais comme Terrence ^^, je crois qu’aujourd’hui on dit STI, pas sûr… un truc en rapport avec la compta quoi, rien à voir avec le dessin.

Une fois le bac obtenu – pour faire plaisir a ma mère – cette roue de secours validée, j’ai tenté de rentrer dans des écoles de dessin. On parle des années 2000, donc peu d’infos sur le net à l’époque concernant le métier et peu d’écoles. J’avais envoyé mon dossier à panam  les gobelins, Angoulême, Emile coll à Lyon, un truc à Nîmes et en dernier choix – au cas où si y’a refoule – la fac à Montpellier, en arts plastiques, histoire d’avoir un crayon dans la main.

Bien évidemment, toutes ces écoles sont hyper sélectes et mon niveau de petit mec qui dessine chez lui, tout seul, sans rien montrer à personne sauf à ses potes, n’a pas suffit. Résultat: refoulé de partout…normal en même temps, à part faire des pages de bd je ne savais rien faire d’autre en dessin.

J’ai donc atterri en fac avec pas mal de glandeurs tout aussi passionnés que moi.

La fac en elle-même ne m’a rien appris. C’est plus du théorique que de la pratique. Je suis allé jusqu’en deuxième année sans la valider.

La force de ce genre d’endroit n’est pas ce qu’on y apprend, mais les gens qu’on y rencontre. Fini d’être le seul mec qui dessine un peu bien dans la classe. Ici tous les gens de ta classe sont des mecs qui dessinent bien.

J’y ai fait des rencontres de passionnés qui ont changé mon regard et m’ont fait progresser.

La curiosité, élargir ses horizons, ses références, ses lectures sont la meilleure façon de s’améliorer. C’est ce que j’ai appris à la fac en rencontrant des amis fidèles, des profs (non 1 prof en fait!) sans qui je ne serais pas là où j’en suis aujourd’hui.

Donc pas de cursus, ni d’école de dessin pour en arriver là mais de la passion, du taff, des rencontres, de la chance etc…

  

Devenir Auteur de BD

 Pour entrer dans le monde de la bd en France, il n’y a pas 36 solutions. Je n’en connais qu’une : aller démarcher les éditeurs avec votre dossier, votre projet.

Personne ne viendra sonner chez vous, il faut se bouger le cul, taper à toutes les portes!

L’éditeur ne vous demandera pas votre cv ou le bac que vous avez obtenu. Non, ce qu’il veut c’est votre dossier.

Comment faire un dossier et quoi mettre dedans? Maintenant les éditeurs expliquent sur leur site la façon de procéder, ce qu’ils attendent, comment l’envoyer etc… il suffit de chercher un peu.

En général, pour un dossier manga, il faut le pilote de votre série, pour que l’éditeur puisse voir si vous gérer votre narration, quelques pages en plus de ce que vous savez faire le mieux, crayonné , encrage, trames, ou couleurs, pour montrer votre maitrise de ces techniques.

Du design, décors ect…et le synopsis de votre série sur sa globalité, ses scènes importantes, qui feront que votre série se démarque des autres.

Aujourd’hui avec la saturation du marché, les editeurs (manga ou bd), signeront plus facilement une série avec peu de tomes mais avec un univers a fort potentiel -pour continuer si les ventes suivent- plutôt qu’un dossier shonen de 40 tomes.

Une histoire de 3 a 5 tomes semble être devenu la norme.

 J’ai envoyé mon projet, Dreamland, à pas mal d’éditeurs manga à l’époque, en 2004.

Deux, trois étaient intéressés, dont Pika, avec qui le feeling est bien passé, mes envies étaient respectées, j’ai donc signé chez eux.

A chaque apprenti auteur de voir ce qu’il veut vraiment : être publié, un contrat, faire partie du monde de la bd, ou faire ce qu’il a envie sans concession.

Pour moi le contrat n’était pas le graal, être libre de faire ce que je veux avec Dreamland était ma priorité. Pika m’a laissé libre, tant mieux.

S’ils avaient refusé de me suivre, je n’aurais pas signé, et Dreamland n’aurait jamais vu le jour.

Il n’y a pas de règle, certains jeunes auteurs signent quelques tomes d’une petite série, ou d’une commande de l’éditeur pour se faire connaitre, apprendre, et entrer dans le milieu pour, plus tard essayer de faire ce qu’ils veulent, ça marche aussi.

Il n’y a pas de règle, c’est une volonté et une démarche personnelle.

 

L’autre question qui revient très souvent est : « Est-ce que c’est dur d’être mangaka »

En effet aujourd’hui le mot, le rêve des jeunes dessinateurs biberonnés au manga, est d’être mangaka! Comme au Japon!

En 2015 faire du manga en France est possible! Les éditeurs sont plus ouverts à signer les auteurs sur ce format, et le public commence à accepter le style et l’envie de ces auteurs hybrides.

Ma génération du club Do, comme disent les trentenaires d’aujourd’hui, a ouvert la voie, la possibilité de faire du manga comme à la japonaise.

Faire de la bd, c’est dur, très dur. C’est le statut le plus bâtard qui existe en France : pas de sécu, pas de chômage, pas d’assurance maladie etc… c’est un métier précaire qui dépend des chiffres de vente, c’est assez stressant.

Il suffit de suivre l’actualité pour voir qu’en ce moment c’est la galère.

En 2014, sur environ 1300 auteurs professionnels de BD en France, seule une cinquantaine vivrait correctement de son travail.

Faire du manga en France c’est exactement être dans la même galère, mais en pire!

Vous n’avez pas 10 ou 12 mois pour réaliser votre album de 48 pages, mais 6 à 7 mois pour en faire 200, pour à peu près la même paie, et vos concurrents directs sont des titres traduits des succès japonais. Pas facile de sortir du lot.

Après ne voyez pas là une complainte ou une comparaison, chaque auteur français qui fait du manga aujourd’hui, l’a choisi et avec le sourire, car c’est un format qui nous plait et qui nous fait éprouver un plaisir et une liberté énorme.

Ces chiffres et ces explications sont la pour vous confrontez a la réalité, mais il ne faut pas oublier l’essentiel, faire de la BD, du manga, c’est le pied, réaliser son rêve de gosse c’est un bonheur.

Raconter ses histoires, ses conneries à tous ces lecteurs est génial, et rencontrer son public en dédicace, le kiff.

Tout n’est pas que galère en BD et heureusement, il faut juste que tu saches, apprenti mangaka de 15 / 20 ans, que tu vas devoir t’y consacrer à fond.

Dans un pays où les assistants ne sont pas encore reconnus et monnaie courante, il faut s’attendre à dessiner minimum 10h par jour si tu veux pondre tes pages.

 

 

Mon emploi du temps :

 -9h: dessin (pour le tome 15 je suis passé à 8h pour gagner 1h de plus)

-13h/14h: pause bouffe, repas expédié en 30 minutes.

-14h : dessin.

-21h/22h : repas du soir, ou certain soir 20/22h: sport.

-23h : dessin.

-2h/3h : dodo.

 

7jours sur 7, dimanche moins intense pour se consacrer à sa famille.

Et certains weekend : dédicace!

Voila en moyenne c’est du 12h 13h de taff par jour.

Tu pourras demander aux autres si tu les vois en dédi tu verras que c’est le même tarif d’investissement en temps.

  

 

Voila j’espère que ce petit article vous aura un peu aidé, un peu renseigné, et beaucoup motivé.

 

  

Reno« 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s